Jean-Claude Vanden Eynden

Pianiste

Bienvenue  -  Jean-Claude Vanden Eynden  -  Véronique Bogaerts  -  Médias

Actualité - Discographie - Presse - Témoignages - Liens - Contacts - Cmep.be 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 



Jean-Claude Vanden Eynden n’a que 16 ans lorsqu’il est proclamé lauréat au Concours Musical international Reine Elisabeth de 1964. C’est l’un des plus jeunes lauréats jamais élu. Cette précieuse distinction marque le coup d’envoi d’une brillante carrière qui le mène dans les plus belles salles du monde et les festivals les plus réputés (1).


Soliste hors pair, il est acclamé de New York à Tokyo. Nombreux sont les orchestres symphoniques (2) et les orchestres de chambres (3) qui l’invitent. Ainsi, très vite, Jean-Claude Vanden Eynden collabore avec des chefs prestigieux (4).

Il est également un merveilleux chambriste, admiré par ses pairs, qui joue avec des partenaires belges et internationaux de tout premier plan (5). Sensible, attentif et toujours à l’écoute des autres, ses concerts en musique de chambre sont un régal pour l’oreille et la vue.


Près d’un demi-siècle de carrière internationale a conforté ce pianiste d’exception  dans son art et sa maîtrise. Son répertoire, vaste et impressionnant, comprend presque tous les grands concertos, un large éventail de pièces de musique de chambre et surtout, l’intégrale des oeuvres pour piano seul de Maurice Ravel.


Presse et public sont unanimes : «(l’oeuvre) ... trouve, sous les doigts colorés du pianiste, les plus subtiles variations qui fascinent par la richesse de son détail. (...) véritable leçon de style du maître et virtuose Vanden Eynden.» (6)



Pédagogue



Entièrement formé par Eduardo Del Pueyo, dès son entrée au Conservatoire royal de Bruxelles en 1959, jusqu’à la fin de ses études à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en 1965, Jean-Claude Vanden Eynden a particulièrement à coeur de poursuivre l’oeuvre de son maître.


Actuellement, il est professeur au Conservatoire royal de Bruxelles et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. En 2004, il remanie l’école fondée en 1977 par son maître en Centre Musical Eduardo Del Pueyo, et en devient le directeur artistique, afin de combler le vide laissé par l’éducation et rassembler des jeunes de talent.


«Alors que nous avons l’un des concours musicaux les plus importants et les plus prestigieux au monde, il est étonnant de constater à quel point la musique reste le parent pauvre de l’enseignement dans notre pays. Je prône, pour la musique, un enseignement élitiste dans le bon sens du terme. Comme il en existe pour le sport. Lorsqu’on discerne des éléments doués, il n’existe aucune structure prête à l’accueillir. Une vocation musicale d’excellence se décide au plus tard entre 12 et 18 ans. Depuis quelques années, la filière «jeune talent» du Conservatoire est certes très positive mais ne résout pas l’équilibre entre les formations artistiques et scolaires. En outre, pour déceler de jeunes talents, il faut un enseignement musical sérieux dès l’école primaire. Chez les Grecs anciens et au Moyen-âge, la musique était une matière prépondérante. Sans pour autant restaurer la musique comme matière fondamentale, il faut absolument lui rendre la place qui est la sienne dans l’éducation nationale. Avec des professeurs formés à cet effet. Mais, pour cela, il faut surtout une réelle volonté du pouvoir en place. Car il ne s’agit pas d’instaurer un petit cours de musique «qui ne compte pas pour des points» mais un véritable cours que les élèves prennent au sérieux. Non seulement ce cours permettra de mettre en lumière de nouveaux talents, mais surtout c’est, à mon avis, la seule réponse à long terme aux problèmes de société que nous connaissons. La formation des jeunes esprits à la culture, et surtout à la musique, est un investissement bien plus solide et plus durable contre la violence et le désoeuvrement que l’économie et la répression. La musique forge l’esprit par l’universalité de sa pensée et la philosophie que l’on retrouve chez tous les grands compositeurs.»


Jean-Claude Vanden Eynden est régulièrement appelé comme membre du jury du Concours Musical International Reine Elisabeth, ainsi qu’à d’autres concours internationaux.




  1. (1)Festivals de Korsholm (Finlande), Umea (Suède), Prades et la Chaise-Dieu (France), Delft (Pays-Bas), Stavelot et Seneffe (Belgique)


  1. (2)L’Orchestre Symphonique de Saint-Pétersbourg, le Royal Philharmonic Orchestra de Londres, le Residentie Orkest de La Haye, l’Orchestre National de Belgique etc.


  1. (3)I Fiamminghi (Belgique), Orchestre de chambre Franz Liszt (Budapest), etc.


  1. (4)Paul Kletzky, Rudolf Barshaï, Yuri Temirkanov, etc.


(5) Véronique Bogaerts, Marie Hallynck, Augustin Dumay, Silvia Marcovici, Michaela Martin, Miriam Fried, Gérard Caussé, Frans Helmerson, José Van Dam, Walter Boeykens, Quatuor Enesco, Quatuor Melos, Quatuor Ysaye, Ensemble César Franck, etc.


  1. (6)Extraits article «La Libre Belgique» - 22 octobre 2001


«La force tranquille de Jean-Claude Vanden Eynden»

Infos